L'innovation au service du handicap

Source: leparisien.fr

Canne connectée, exosquelette, location de voitures aménagées... Ces entreprises ont mis au point des systèmes destinés à améliorer le quotidien des personnes handicapées. Et le potentiel économique est réel... Gros plan avec « le Parisien Economie » à l'occasion de la semaine du handicap.

A l'instar de leurs clients, qui font souvent preuve d'une grande ingéniosité pour dépasser leur situation au quotidien, des entreprises investissent aujourd'hui avec succès le champ de l'innovation au service du handicap. Qu'il s'agisse d'adapter le matériel médical ou les équipements de travail, à l'instar d'Ergovie ou Auptinov, de se servir de technologies de pointe, comme chez Wandercraft, pour mettre au point l'exosquelette destiné à remplacer le fauteuil roulant, ou même de rendre praticables certains loisirs en proposant, comme Dowino, un jeu vidéo accessible aux malvoyants, elles montrent que beaucoup peut être fait pour faciliter la vie des personnes en situation de handicap. Cela peut même constituer la base d'un business plan viable.

Innover dans ce domaine n'est toutefois pas facile. « Le passage de la recherche à l'industrialisation est compliqué », pointe Alain Pruski, fondateur de l'Institut fédératif de recherche sur les aides techniques pour personnes handicapées. « Et si aujourd'hui des technologies existent, le marché n'est pas forcément identifié ou jugé suffisamment mûr », déplore-t-il. Alors que le handicap recouvre une multiplicité de situations particulières, il est trop souvent perçu comme un marché de niche, peu porteur pour l'innovation.

Retrouvez l'intégralité de notre dossier spécial handicap et toute l'actu de l'éco dans « le Parisien Economie » en pdf

Mais les entrepreneurs qui tentent l'expérience sont convaincus du contraire. « Les algorithmes que nous avons mis au point pour que notre exosquelette permette à son utilisateur de marcher grâce aux impulsions de son buste auraient des applications dans de nombreux autres domaines », assure Alexandra Rehbinder, responsable développement de Wandercraft, une start up fondée par deux polytechniciens. Preuve de l'intérêt qu'ils suscitent, la société a déjà séduit de nombreux investisseurs.

Mais pour réussir, une fine connaissance des besoins est nécessaire. « Ce sont nos interlocuteurs qui sont notre source d'innovation », confirme ainsi Gautier de Blevarque, ingénieur mécanicien de formation et créateur, en 2010, d'Auptinov, qui travaille en fonction des demandes des employeurs à l'adaptation d'outils professionnels pour les personnes en situation de handicap. Outre une tondeuse radiocommandée, elle a ainsi élaboré des bacs ergonomiques à fonds mobiles pour ceux qui travaillent dans la logistique ou des chariots motorisés pour le personnel de ménage des hôtels. « Les grands fabricants ne sont pas organisés pour travailler sur du cas par cas. Il est plus facile de définir un produit standard et de le commercialiser largement. Nous sommes donc peu nombreux à proposer du sur-mesure», explique-t-il. Pourtant, avec une hausse prévue de 30 % de son chiffre d'affaires cette année et des demandes émanant de toute l'Europe, l'entreprise prouve que cette particularité est un véritable atout. Lire la suite ...

 

Plus

module-liste-mdph02

 

 

carres-footer

Copyright © 2007-2017 Médialis - Tous droits réservés