Actualités du handicap

Chercher Handicap mental : la vie plus facile gr√Ęce au FALC

Vendredi, 12 Février 2016 15:21

Source : handicap.fr

On subit tous le DALC ! Le Difficile à lire et à comprendre. Un texte de loi, un contrat d'assurance, un mode d'emploi… Combien sommes-nous à nous heurter à la complexité du discours officiel ou professionnel ? Pour tenter de ménager nos neurones, certains ont donc mis au point le FALC, le Facile à lire et à comprendre. Cette sorte de langage universel permet l'accès à la compréhension des personnes avec un handicap mental. Mais pas seulement ! Le bénéfice est manifeste pour le plus grand nombre…

Un objectif européen depuis 2009

Le FALC peut en effet faciliter la lecture de personnes dyslexiques, malvoyantes mais aussi de personnes √©trang√®res ma√ģtrisant mal une langue, illettr√©es, de personnes √Ęg√©es, d'enfants du primaire. Sa port√©e ne doit donc pas seulement √™tre vue par le seul prisme du handicap. Les profils des usagers potentiels sont certes diff√©rents, √©parses mais, dans ce langage commun, simplifi√©, les facteurs qui unifient ces groupes sont bien plus nombreux que ceux qui les s√©parent. L'Europe s'est donc engag√©e dans le FALC d√®s 2009 avec la mission de r√©duire la fracture sociale li√©e au langage. On l'appelle en anglais ¬ę Easy to read ¬Ľ. C'est √† Inclusion Europe que revient la responsabilit√© de d√©finir une m√©thodologie commune, port√©e en France par l'Unapei et Nous Aussi, premi√®re association g√©r√©e par des personnes handicap√©es mentales dans notre pays. Lire la suite ...

 

Handicap : une circulaire pour limiter les placements en Belgique

Vendredi, 12 Février 2016 11:22

Source : localtis.info

En octobre dernier, Marisol Touraine et S√©gol√®ne Neuville annon√ßaient le d√©blocage d'une enveloppe de 15 millions d'euros "pour cr√©er des places en France et √©viter les d√©parts en Belgique" (voir notre article ci-contre du 15 octobre 2015). Quelques semaines plus tard, cette enveloppe √©tait int√©gr√©e au budget 2016 de la Caisse nationale de solidarit√© pour l'autonomie (voir notre article ci-contre du 20 novembre 2015). Troisi√®me volet de la mesure : une instruction minist√©rielle du 22 janvier 2016 pr√©cise les modalit√©s de mise en Ňďuvre du plan de pr√©vention et d'arr√™t des d√©parts non souhait√©s de personnes handicap√©es vers la Belgique.

 

Un enjeu humain et économique

Au-del√† de l'aspect humain, l'enjeu √©conomique n'est pas n√©gligeable. Ce ph√©nom√®ne transfrontalier concerne en effet environ 1.500 enfants et 4.500 adultes handicap√©s. Ces placements ont repr√©sent√©, en 2014, un co√Ľt pour l'assurance maladie fran√ßaise de 152,2 millions d'euros, dont 70 millions au titre des √©tablissements conventionn√©s et 82,2 millions √† celui des √©tablissements non conventionn√©s, avec une prise en charge des frais par le Centre national des soins √† l'√©tranger (CNSE). En outre le nombre de dossiers trait√©s par le CNSE a fortement augment√©, passant de 1.205 en 2013 √† 1.908 en 2014, dont 1.898 en Belgique. Certes, les d√©penses ne seraient pas moindres si ces enfants et adultes handicap√©s √©taient accueillis en France, mais l'impact √©conomique serait diff√©rent.

La circulaire du 22 janvier 2016 - émanant à la fois du ministère des Affaires sociales et de la CNSA - prévoit notamment de faire appel à l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) pour assurer un suivi quantitatif et qualitatif du nouveau dispositif, dès sa mise en place. Elle commence par rappeler les principales dispositions de l'accord franco-wallon sur l'accueil des personnes handicapées en Belgique, signé en 2011 mais ratifié en 2013 (voir nos articles ci-contre). Lire la suite...

 

Une proposition de loi pour un compromis sur l'accessibilité des parties communes

Jeudi, 11 Février 2016 15:06

Source : localtis.com

Charles de la Verpilli√®re, d√©put√© (Les R√©publicains) de l'Ain, et une quarantaine de ses coll√®gues ont d√©pos√© une proposition de loi visant √† faciliter la r√©alisation des travaux d'accessibilit√© dans les parties communes des immeubles en copropri√©t√©. Contrairement √† la tendance √† l'Ňďuvre dans le cadre du "choc de simplification" port√© par le gouvernement, il ne s'agit pas en l'occurrence d'all√©ger les obligations actuelles d'accessibilit√©, mais plut√īt de trouver une solution de compromis √† des situations qui n'ont rien d'exceptionnel.

Le cadre actuel est insuffisant

Le texte part du constat que la loi Handicap du 11 février 2005 et ses textes d'application n'obligent pas les syndicats de copropriété à mettre aux normes d'accessibilité les parties communes des immeubles ne comportant que des logements. Mais il est tout à fait possible que des copropriétaires proposent de prendre eux-mêmes en charge des travaux d'accessibilité dans les parties communes pour eux-mêmes ou pour leurs locataires.

Dans ce cas - et comme pour tous les travaux dans les parties communes -, l'accord de l'assemblée générale des actionnaires reste néanmoins nécessaire. La loi a déjà cherché à le rendre plus facile en prévoyant qu'il suffit de recueillir la majorité des voix exprimées des copropriétaires présents ou représentés et non pas la majorité des voix de tous les copropriétaires, normalement requise en pareil cas. Lire la suite ...

 

Phoenix, un exosquelette pour remarcher malgré le handicap

Jeudi, 11 Février 2016 15:03

Source : lesnumeriques.com

Les fonctions du Phoenix sont relativement simples. Fix√© √† la taille et au niveau des jambes, il soutient passivement le porteur dans sa position debout, tandis que deux moteurs accompagnent le mouvement des hanches et des genoux pour permettre la marche en avant. Il n'est pas question de performances olympiques, mais simplement de pouvoir se d√©placer. Lourd de 12,25 kg, ajustable en fonction de l'utilisateur, l'exosquelette assure une autonomie de 4 heures en continu ‚ÄĒ mais se borne √† une vitesse de pointe inf√©rieure √† 2 km/h.

Steven Sanchez, parapl√©gique suite √† un accident de BMX, a pu tester l'engin au cours des derni√®res semaines. Selon lui, cela n'a rien d'un luxe, mais constitue plut√īt "une n√©cessit√©" tant il est important de pouvoir se tenir debout afin d'√©viter les blessures. "Si j'avais √ßa, cela changerait beaucoup de choses", a-t-il confi√©. Mais il sera difficile, pour le jeune homme, de conserver son √©quipement au-del√† du test. Il faut en effet d√©bourser quelque 40 000 $ (environ 36 000 ‚ā¨) pour un exemplaire du Phoenix. Le terme "accessible" n'est donc pas tout √† fait indiqu√©. Lire la suite ...

 

Page 17 sur 142

«D√©butPr√©c√©dent11121314151617181920SuivantFin»

module-liste-mdph02

 

 

carres-footer

Copyright © 2007-2018 Médialis - Tous droits réservés