Actualités du handicap

Chercher Fillon : les normes logement handicap, une " absurdité " !

Jeudi, 17 Mars 2016 16:13

Source : handicap.fr

Et de deux ! Lorsqu'ils Ă©voquent les normes « handicapĂ©s » dans les logements, les leaders des RĂ©publicains n'y vont pas par quatre chemins
 Le 4 fĂ©vrier 2016, sur le plateau de l'Ă©mission Des paroles et des actes, sur France 2, Nicolas Sarkozy dĂ©nonçait des normes d'accessibilitĂ© trop contraignantes, proposant qu'une petite partie du parc de logements et d'Ă©coles soit rendue accessible. « Je visitais l'autre jour un ensemble HLM, racontait-t-il, sourire aux lĂšvres. Et j'ai demandĂ© au maire : c'est trĂšs curieux, ce que vous avez fait. La salle de bains est plus grande que la chambre des enfants. Comment ça se fait, un truc pareil ? » La faute aux normes handicapĂ©s rĂ©pondait l'Ă©lu. Et Nicolas Sarkozy de suggĂ©rer : « Est-ce qu'il ne vaudrait pas mieux rĂ©server 10 % des HLM vraiment pour les handicapĂ©s plutĂŽt que d'appliquer des normes de cette nature qui ruinent les communes ? » Avant de conclure : « On n'est pas obligĂ© de mettre des ascenseurs dans toutes les Ă©coles. Il n'y a qu'Ă  rĂ©server une ou deux Ă©coles pour l'accessibilitĂ© handicapĂ©s. »

François Fillon en remet une couche

Le 9 mars 2016, c'est au tour de François Fillon d'enfoncer le clou lors de son grand oral face aux dirigeants d'entreprises de la Fondation Concorde diffusé sur Public Sénat le 10 mars à 19h30 (images en lien ci-dessous). Le candidat à la primaire des Républicains dit souhaiter simplifier les normes applicables au logement afin de permettre de « l'innovation ». Il s'attaque, notamment, aux rÚgles relatives aux personnes handicapées. « Il est absurde de vouloir, par exemple, que tous les logements de notre pays soient accessibles aux handicapés. C'est une absurdité. Pour satisfaire une demande qui n'est pas une demande réelle, puisqu'il n'y a pas dans chaque logement français un handicapé qui va y habiter, on va priver des Français au logement parce qu'il sera trop cher. Voilà un exemple typique d'une affaire sur laquelle il aurait fallu faire preuve d'un peu de bon sens », martÚle l'ancien Premier ministre. Avec de tels discours, l'effet d'indignation dans le grand public est garanti. Lire la suite ...

 

Fonds d'urgence handicap : 15 premiÚres places créées

Jeudi, 17 Mars 2016 16:04

Source : handicap.fr

15 millions d'euros en 2016 ! C'est le montant du fonds d'amorçage « qui permet tout simplement de dépenser en France l'argent qui jusque-là était dépensé en Belgique », selon SégolÚne Neuville, secrétaire d'Etat en charge du handicap. En compagnie de Christian Eckert, chargé quant à lui du budget, elle s'est rendue en Meurthe et Moselle le 29 février 2016, au sein de l'institut médico-éducatif « Les 3 Tilleuls »  de CheniÚres, pour annoncer l'ouverture prochaine de 15 places d'internat pour enfants et adolescents en situation de handicap.

15 enfants et ado pris en charge

Ces places sont les premiĂšres financĂ©es par le fonds d'amorçage annoncĂ© en octobre 2015 (article en lien ci-dessous) qui entend prĂ©venir les dĂ©parts contraints en Belgique en proposant une solution adaptĂ©e Ă  proximitĂ© des lieux de vie, au plus prĂšs des familles. Cette enveloppe de 15 millions d'euros vient en complĂ©ment des crĂ©dits prĂ©vus, par ailleurs, pour crĂ©er des places. A CheniĂšres, 15 enfants et adolescents prĂ©sentant des troubles du spectre de l'autisme ou en situation complexe pourront ainsi ĂȘtre accompagnĂ©s dans la durĂ©e en internat Ă  temps plein ou sĂ©quentiel. Ils sont aujourd'hui loin de leurs parents ou dans des Ă©tablissements qui ne peuvent pas leur proposer les meilleurs accompagnements. Ce sont 675 000 euros de crĂ©dits pĂ©rennes de fonctionnement, issus du fonds d'amorçage Belgique, qui sont attribuĂ©s pour ce projet sur un montant total incluant les travaux d'amĂ©nagement de 1 275 000 euros. Lire la suite ...

 

Enfants Dys dans le 47 : les "invisibles" de la MDPH ?

Jeudi, 17 Mars 2016 10:32

Source : handicap.fr

Les enfants Dys seraient-ils un handicap Ă  ce point invisible que certaines  MDPH ne les voient plus ? C'est la question que se pose l'association Dys'Solution France 47 (DSF47). Selon Jean-Michel Fernandez, son prĂ©sident, « pour les enfants avec troubles dys et TDA/H (trouble dĂ©ficitaire de l'attention avec hyperactivitĂ©), par exemple, la MDPH 47 a pour objectif, pur et simple, de les exclure du champ du handicap en utilisant comme tremplin le Projet d'accompagnement personnalisĂ© (PAP) ». Ce dispositif d'adaptations pĂ©dagogiques rapides et concrĂštes, mais donc plus « lĂ©ger », mis en place Ă  la rentrĂ©e 2014 par l'Education nationale viendrait alors remplacer le Projet personnalisĂ© de scolarisation (PPS), empĂȘchant toute possibilitĂ© de reconnaissance du handicap ou tout recours en justice pour les familles. DSF47 cite le cas d'une une famille ayant rĂ©cemment fait l'objet d'une telle « orientation forcĂ©e » pour son enfant de 7 ans qui, selon elle, « l'a dĂ©possĂ©dĂ©e totalement de ses droits et de sa capacitĂ© Ă  choisir l'orientation et l'avenir de son enfant en allant dans le sens du funeste article 21 ». Ce dernier avait attisĂ© la colĂšre de nombreuses associations de terrain dĂ©but 2015 (article en lien ci-dessous).

Ce que dit la loi

Pourtant, les préconisations de la Caisse nationale de solidarité et de l'autonomie (CNSA) sont sans appel à ce sujet puisqu'elles reconnaissent l'ensemble des DYS et TDA/H comme entrant dans le champ du handicap. La loi  du 11 février 2005 va également dans ce sens, affirmant que tout enfant en situation de handicap a le droit de demander l'évaluation de ses besoins et compétences par l'équipe pluridisciplinaire de la MDPH. Selon les résultats de l'évaluation, il est proposé un parcours de formation qui fait l'objet d'un Projet personnalisé de scolarisation (PPS) indiquant les modalités de scolarisation coordonnées avec l'ensemble des mesures permettant l'aménagement et l'accompagnement de celle-ci. Le PPS n'est donc pas un « dispositif » mais un outil, un document ayant valeur contractuelle qui sert à garantir la cohérence et la continuité du parcours de formation d'un enfant handicapé. Lire la suite ...

 

Handicap psychique en entreprise, comment briser les tabous?

Vendredi, 26 FĂ©vrier 2016 16:38

Source : Handicap.fr

Niki de St-Phalle Ă©tait atteinte de schizophrĂ©nie. Le travail faisait partie de sa thĂ©rapie. Elle parlait de l'art comme d'un refuge, lui ayant permis d'Ă©chapper Ă  l'internement et au suicide. Dirigeant de CNN pendant 11 ans, Tom Johnson a parlĂ© de ses troubles psychiques en 2002. Freud, NapolĂ©on, Peter Gabriel, Agatha Christie, HonorĂ© de Balzac, Winston Churchill, Audrey Hepburn ne sont que quelques-unes des personnes bipolaires les plus connues. Les troubles psychiques touchent 25 % de la population mondiale, selon l'OMS, quel que soit le pays analysĂ©. DĂ©pression sĂ©vĂšre, bipolaritĂ©, schizophrĂ©nie
 Ils sont l'une des principales causes d'absentĂ©isme au travail, de perte d'emploi et de prises de retraite anticipĂ©es. DeuxiĂšme cause d'arrĂȘt maladie et premiĂšre cause d'invaliditĂ© en France, ils ne sont pourtant reconnus comme handicap par la loi que depuis 2005. Sur un sujet pourtant majeur, les entreprises semblent muettes ; la prise en compte de ces troubles s'arrĂȘte souvent Ă  leurs portes.

1 sur 4, un dispositif inédit

Les troubles psychiques concernent 1 salariĂ© sur 4. « Un sur Quatre », c'est justement le nom d'un tout nouveau dispositif conçu par handicap.fr et Tell me the Truffe et DFD Consulting. Il est conçu autour de fiches pratiques, d'une hotline et d'un module de formation. Il est destinĂ© aux employeurs qui peuvent, aujourd'hui ou demain, ĂȘtre confrontĂ©s Ă  des collaborateurs atteints de troubles psychiques. Il fournit les bonnes dĂ©finitions, les bons conseils et apporte des tĂ©moignages pour travailler mieux, ensemble. Ce dispositif est le rĂ©sultat d'un travail inĂ©dit de compilation et de synthĂšse d'Ă©tudes et de cas. Il a pour vocation Ă  faire monter toute l'entreprise en compĂ©tence sur l'intĂ©gration du handicap psychique. Lever les tabous et balayer les craintes sur ce sujet ! Il est vrai que les prĂ©jugĂ©s ont la vie dure. Ces troubles furent longtemps associĂ©s Ă  la folie ; d'oĂč la rĂ©ticence des entreprises Ă  les apprĂ©hender. Encore aujourd'hui, elles manquent d'expĂ©rience. De leur cĂŽtĂ©, trĂšs souvent, les collaborateurs dĂ©jĂ  en poste n'en parlent pas, par crainte d'ĂȘtre discriminĂ©s ou par mĂ©connaissance des actions menĂ©es. Lire la suite ...

 

Page 14 sur 142

«DĂ©butPrĂ©cĂ©dent11121314151617181920SuivantFin»

module-liste-mdph02

 

 

carres-footer

Copyright © 2007-2018 Médialis - Tous droits réservés